Esther Loudnard Clergé, la poésie dans toutes ses veines.

Publié le par pages d'Haiti

 

 

Texte I

 

 

Mo yo akwoupi sou paj kaye lang mwen

Yo pè

Yo pat swete pèdi pye

Dra yo san memwa

Kòman pou yo di w ke  bajou m kase sou dlo

Nan kouri dèyè lombray mwen m bliye kote m sere

Lodè po w

Di m pouki dlo nanm mwen pa sifi pou peye pasaj

Solèy mwen bouke  leve

Lapli chifonnen panse m

mizik sèl rèv rebèl mwen

refize kaselezo devan lanjelis

 

 

 

 

Texte II

 

 

Tu gises encore sur les murs de nos étreintes

Fœtus

reflet brisé de tes soupirs accrochés

 au revers de ma chair

Pourquoi ai-je voulu te dessiner.

Ton sourire s’ égoutte en sursauts

peu à peu  se vide

poursuite malhabile pour doigts mal-apprivoisés.

Rêve dense non-sens                                         

Echaffaudage expiatoire

où angoisse et pluie s’entêtent encore

spirales

telles une empreinte d’extase

des frissons de rythme de cette mer

en rut qui ne viendra plus

 déambuler dans nos orgies désormais.

On t’aurait dit épitaphe

 esquisse réminiscente du temps désagrégé dans un dernier verre.

Petite fleur ébréchée ne m’ en veux pas

Ton ombre passera

 Moi aussi

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article