deux poèmes pour dire que James Noël est chair,sang,corps et esprit dans le poème.

Publié le par James NOEL

                                                                                                                                                                                                                                                     

 

                                                                                                                                                  à  Daniel Marcelin

 

 

Mes maux

mes maux je vous les livre

jetez les livres puisqu’il ne s’agit pas

d’écorce d’encre

ni de sèves bleues de poète d’iles

écartelées

 

mes maux

Je vous les livre

prenez-les au vol

nus

comme des oiseaux sans plume

pour soigner un temps

à tire-d’aile

 

la lune à froid aux yeux

voilà que je vous parle sans maudire

la tempête cérébrale qui pense la mort

sous le vent

les  tremblements de terre

sommant  cette terre de  ne pas trembler

sous  la foulée des ombres folles

 

 

voilà  que je vous parle

sans  maudire

ma terre sur pilotis

avec du sang dans son parterre

terre ligotée

corps enterré

ombre face au mur

murmurant lingot de garces et de garçons

minés par la terre aux milles poussières

virales

 

 

ici

c’est du sang que l’on verse

pour rafraîchir la tête des blessés par balles

 

nos réveils préfèrent le son du fusil

au sang du coq

 

 

 

 

Manje ranje

mwen renmen wè w
san ben
san santiman
kò w gen sant sonj moun bliye
sant fèy chans
ki fèmen pou louvri tan

mwen renmen wè lè ou salòp
kò w gen gou manje dòmi
se chofe mwen ta chofe-w
fèmen kò m’nan fant kò w

lè ou salòp
kò-w gen gou manje ranje
mwen mouri m`p moun saf
mò prezidan

mwen vag sou lanmè
pou gade-w ki ale
ki tounen kou tezen

tezen monnami mwen zen
tezen monnami mwen zen
tezen nan dlo

mwen vag sou lanmè
pou gade w ki ale
ki tounnen kou tenzen
kè m’woule dous pou ou
benyen an san

                                                                                                                                                          James Noel

 

 


Commenter cet article