Pour Saluer La Parution De Jeunes Poètes D'Haïti

Publié le par Pierre Richard Jean-Pierre Professeur de Littérature / Philosophie

 

La poésie est partout, ce n'est pas elle qui manque. Pourtant,les vrais poètes, ceux qui savent prendre les mots, les brosser, les frotter, les habiller de longues traînes d'apparats ou de discrets dessous fins et délicats ; ceux qui savent leur souffler dessus, les chauffer, les réchauffer encore, pour qu'ils rendent l'éclat pur de leur sublimité première, ceux-là sont rares.


Combien tentent, ont tenté, tenteront encore inlassablement de parvenir, d'atteindre inexorablement la cime sacrée de ce vertige indicible, mais objet de toutes les passions, de toutes les envies, de tous les rêves d'une vie. Ecrire pour rêver, rêver pour écrire, ou plutôt déambuler noctambule dans la ville, ou la visiter les yeux grands ouverts pour saisir tantôt les palpitations sauvages de ces crises, tantôt les frissons délirants de son angoisse, telle est de façon constante l'attitude ambivalente du poète dont « L'âme au monde cherche toujours à correspondre ». 

Pourtant, cette tâche qui tient la vie dans un équilibre fragile où le basculement est toujours possible, loin de rebuter, exacerbe au contraire la passion et l'audace de beaucoup, mais en particulier d'un petit nombre croyant peut-être à l'appel de la poésie comme un sacerdoce. 

Ainsi vient de paraître, avec le support de la Direction Nationale du Livre (DNL), une nouvelle Anthologie de poésie haïtienne. Jeunes poètes d'Haïti. Cette anthologie, dirigée par le jeune poète, animateur culturel, Jean Max Beauchamp, se fixe la double ambition de permettre, d'une part, à ses jeunes de se présenter au public, d'autre part, d'inscrire leur démarche dans une perspective d'une poésie trempée, imbibée de tout ce que leur regard encore neuf a pu saisir du monde. La truculence de leur langue montre assez que la jeunesse n'est nullement un bouclier contre l'écorchure du vide auquel ils sont exposés par l'absence de rêve de leur réalité « dans une ville accroupie » (Jean Max Beauchamp) où « La vi'n son vye revèy fware / k'ap ponpe san » (Wébert Charles)

La thématique de ces 33 textes qui constituent cette anthologie, si elle n'est pas encore tout à fait définie, se précise déjà autour de certaines récurrences significatives. 

Ces onze jeunes poètes, dont quatre filles, disent tour à tour leur angoisse, leur blessure: « nos yeux chauves/déferlent des images d'une ville qui ne croit aux rêves ». Ils disent l'amour libéré de la moiteur des mots morts et des gestes débiles : « Je veux être à toi / comme les autres / ne rêvent plus être à toi », « Ici l'amour est isolé dans les tiroirs ». Ils disent les « rumeurs », les « mensonges » d'une ville à la langue trop pendue qui nourrit des ragots aux effets colossaux, comme si le paradoxe ne logeait qu'ici. Ils disent aussi, et surtout, la ville, cette « Port-au-Prince », plus rêve que vraie, à laquelle les Frankétienne, Castera et Bonel ont donné une âme :

« Pòtoprens

ak 2 zèl boyo nan men-l

pòtoprens rele

pòtoprens voye wòch

jouk wòch voye

sou Pòtoprens »

Dans une extimité (le mot est nouveau) farouche, ces onze jeunes poètes se laissent voir du dehors, tournant leur peau, exposant leur âme blessée comme un écorché vif. « A tâtons d'encre », ils piègent les mots rebelles pour se dire autant que pour se taire ne sachant peut être pas encore qu'« aux âmes bien nées » la valeur ne peut attendre le nombre des années. 

Ewa pour Liza Espérance, Julma Guerrier, Loudnard Esther clergé, Marie Darline René, Jacques Adler Jean Pierre, James Stanley Jean Simon, Coutechève Lavoie Aupont, Wébert Charles, Jean Kechner Daré, Fortestson Fénélon !

Ewa pour Jean-Max Beauchamp !

Ewa pour la Direction Nationale du Livre (DNL) !
 

http://www.lenouvelliste.com/graphics/misc/pixel.gif

Pierre Richard Jean-Pierre
Professeur de Littérature / Philosophie

L'Anthologie a reçu le support de la DNL. Elle sera mise en vente du 16 au 25 mai 2008 à Livres en folie, à Marchand-Dessalines, à Verretes, à Cabaret, aux Cayes et à Jacmel.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

pierrot rochette 04/02/2013 22:13

bonne chance
aux poètes d'Haiti:)))

Dans le cadre de mon vagabondage poétique
blogs musée pertinents mais aléatoires
pour mon oeuvre conceptuelle
pertinente mais aléatoire...

permettez-moi
de vous offrir
une de mes chansons

MA SOPHIE D'HAITI

COUPLET 1

tu m’as laissé
dans une chambre du centre amour et vie
tes deux bas gris

ceux que j’t’avais
enlevés tendrement durant notre
très belle nuit

où j’ai massé
tes deux pieds avec mes mains d’Grand-père
aux cheveux gris

mes doigts
qui ont 20 ans de plus que tes orteils ont rangé
au fond d’mon coeur
tes deux bas gris

COUPLET 2

tu m’as laissé
dans une chambre du centre amour et vie
ta brosse à cheveux

celle avec laquelle
tu m’as peigné à l’aurore
les larmes aux yeux

5 semaines en Haiti
auprès de ton mari,
très loin d’ici

loin de ma tête
sur ton ventre ou tu dansas l’amour
pour ton mari
par ta brosse à cheveux

COUPLET 3

Sophie
le collier autour d’la brosse à cheveux
entre tes deux bas gris

enivre le vent
de ton absence de ta détresse, de ta peur
de mal vieillir

ce soir
j’fermerai la lumière
j’dormirai entre tes bras imaginaires

entre
tes deux bas gris, ta belle brosse à cheveux
ton collier

es-tu enfin heureuse
auprès de ton mari?
ma Sophie d’Haiti

Pierrot
vagabond céleste


www.enracontantpierrot.blogspot.com
www.reveursequitables.com
sur google,
simon gauthier conteur, video vagabond celeste